Accéder au contenu principal

Logiciels libres ou libérés ?

Me Benoît de ROQUEFEUIL, avocat au Cabinet BENSOUSSAN, fait paraître une très intéressante analyse dans la Gazette du Droit des Technologies Avancées datée des 17 et 18 janvier 2007 sur le statut juridique des logiciels libres. Cette question est importante pour les collectivités locales auprès desquelles ces logiciels connaissent un regain d'intérêt.

L'auteur rappelle ainsi que ces logiciels ne sont pas exclus de la sphère du droit d'auteur, mais qu'ils en relèvent naturellement en tant que créations de l'esprit. Ce sont donc les mécanismes du droit d'auteur qui sont utilisés pour créer le statut spécifique de ces logiciels et procéder à l'acte de libération de la création par rapport à ce droit, permettant d'en faire des logiciels libres. Comme l'indique l'auteur d'un mémoire consultable ici, les logiciels libres, c'est « le droit d'auteur contre le droit d'auteur ».

Le droit d'auteur n'autorise cependant pas une libération totale, puisque le droit moral reste indéfiniment attaché à la personne de l'auteur qui ne peut s'en désaisir, ce qui explique la préconisation des principales licences dites libres, telle la GPL, de privilégier le caractère anonyme des contributions, seul moyen de contourner l'obstacle légal.

S'agissant des droits patrimoniaux, ils peuvent être « libérés » de la façon la plus large sous la forme d'une mention expresse et précise des droits auxquels l'auteur renonce pour permettre la mutualisation des codes sources. D'où l'importance de la vérification des stipulations de la licence sous laquelle l'auteur a placé - ou veut la placer, si l'auteur du logiciel est la collectivité par exemple - sa création. L'auteur relève qu'outre la GPL et la LGPL, il existe plusieurs dizaines de licences qui n'ont pas exactement le même périmètre. Pour les collectivités locales, on ne saurait donc que conseiller des vérifications approfondies de cette question lors de l'utilisation de tels logiciels libres ; à l'inverse, le régime juridique de logiciels que ces collectivités souhaiteraient « libérer » pour en faire profiter la communauté des collectivités doit donner lieu à des analyses approfondies par rapport tant à la titularité des droits de la collectivité qu'au régime choisi pour la transformation en logiciel libre.

Quant à la validité juridique de ces licences, l'auteur indique qu'il n'y a pas encore eu de jurisprudence. On peut cependant rappeler que par deux fois au moins la justice allemande a eu l'occasion de censurer le non respect de la licence GNU-GPL (voir par exemple ici ou bien encore ici).

Enfin, l'auteur rappelle de façon très pertinente qu'il ne faut pas confondre les logiciels libres et les freeware ou les shareware. Ces logiciels ne répondent en rien aux conditions des logiciels libres ; il n'y a en particulier aucun accès aux sources. La gratuité est souvent considérée à tort comme la caractéristique des logiciels libres alors qu'il n'en est rien : un logiciel libre peut parfaitement être payant.

Finalement, on peut en retenir que même si l'usage des logiciels libres présente de nombreux avantages, parmi lesquels la quasi-disparition du risque de contrefaçon, un minimum de vigilance est toutefois nécessaire quant à la vérification du statut du logiciel utilisé.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Evolutions récentes du contentieux administratif.

Deux textes récents sont venus apporter des modifications aux règles du droit du contentieux administratif.
1°) Le décret n° 2016-1480 du 2 novembre 2016dit « JADE » (pour « justice administrative de demain »), portant modification du code de justice administrative, est paru le 4 novembre 2016 au Journal officiel, avec une entrée en vigueur au 1er janvier 2017.
Ses objectifs sont pour l'essentiel au nombre de quatre :
a) Accélérer le traitement de certaines requêtes :
Des ordonnances de séries pourront être prises par les tribunaux sur la base d’un arrêt devenu irrévocable de la cour administrative d’appel dont ils relèvent (alors qu’actuellement, le tribunal ne peut se fonder que sur une de ses propres décisions ou sur un arrêt du Conseil d’État).
Les requêtes d’appel et les pourvois en cassation dirigés contre des décisions rendues en appel « manifestement dépourvues de fondement » pourront être rejetées par ordonnance dans tous les contentieux (et non plus seulement en ma…

Bail à construction sur domaine public : glissement progressif vers une légalité de principe.

Le Conseil d'Etat a eu à examiner la légalité de la convention intitulée « bail à construction » signée par la communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole, devenue depuis métropole, avec le port autonome de Marseille et la légalité de sa cession à un délégataire de service public, alors que le terrain en question appartenait dès l’origine au domaine public.
Classiquement, le « bail à construction » était considéré comme un contrat particulier qui confère au preneur un droit réel immobilier et qui n’a pas été conçu par le législateur pour le domaine public. Il était donc par principe considéré comme illégal s'il portait sur le domaine public (CAA Nantes, 9 mai 2014, n° 12NT03234)
Le Conseil d’État vient de juger, par un arrêt du 11 mai 2016, Communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole N° 390118, qu’il n’était pas impossible par principe d’utiliser un tel montage contractuel sur une parcelle appartenant au domaine public, à la condition toutefois que le contrat …

Clause exorbitante : la Cour de Cassation fait une première application de la nouvelle jurisprudence du tribunal des Conflits.

Il a été fait état sur ce blog de la nouveauté introduite par le Tribunal des Conflits, par une décision du 13 octobre 2014, dans la définition de la clause exorbitante.
Rappelons que jusqu’à présent, la jurisprudence concordante du Conseil d’État (CE 20 octobre 1950, Stein, n° 98459), de la Cour de cassation (Cass. Civ. 1ère, 20 septembre 2006 n° 04-13.480) et du Tribunal des conflits (TC 15 novembre 1999, Commune de Bourisp, n° 3144) entendait par « clause exorbitante du droit commun » une clause relative à des droits et obligations « étrangers par leur nature à ceux qui sont susceptibles d’être consentis par quiconque dans le cadre des lois civiles et commerciales ».
Le Tribunal définit désormais la clause exorbitante comme celle qui implique, dans l’intérêt général, que le contrat relève du régime exorbitant des contrats administratifs. A titre d’illustration, la décision commentée mentionne, par un « notamment », l’hypothèse des clauses reconnaissant à la personne pub…