Accéder au contenu principal

La clause générale de compétence existe-t-elle ?

Dans son numéro 1 de janvier-février 2007, la RDP fait paraître un article, qui, sous la plume de M. PASTOREL, maître de conférence à l'université de Polynésie française, relance une polémique que l'on croyait close depuis longtemps : celle de l'existence de la compétence générale des collectivités territoriales. L'analyse conteste, avec une certaine virulence dans le propos, la thèse de cette existence. Le point de vue de M. PASTOREL s'articule autour de trois constats : la clause générale de compétence n'aurait aucun fondement historique et serait contradictoire à la fois avec la notion d'Etat unitaire et avec la décentralisation à la française.

Sur le premier aspect, l'auteur s'efforce de démontrer que cette clause ne découle nullement du domaine de compétence d'origine des collectivités, mais qu'elle se fonde plutôt sur la « mystique des libertés locales ». Sur le second aspect il s'emploie à combattre l'opposition classique entre l'intérêt national et l'intérêt local. Selon l'auteur, toute volonté de consacrer une compétence générale des collectivités territoriales se heurte à la compétence générale de l'Etat unitaire ; aussi, l'appel à la notion d'affaires locales ne pourrait-il justifier que l'attribution aux collectivités infra-étatiques d'un domaine de compétence spécifique et non pas général. Cette conception est confortée, selon l'auteur, par les principes de décentralisation à la française auxquels il se réfère dans la troisième partie de son étude. Ces principes n'ont selon lui jamais reconnu aux collectivités la faculté de déterminer elles-mêmes leurs compétences, y compris les affaires locales. Il estime que les transferts de compétences par blocs ou masses homogènes constituent l'illustration d'un renoncement à l'idée même de clause générale de compétence, et que le principe de subsidiarité et la notion de chef de file placent les collectivités non pas sur le terrain de la compétence générale mais sur celui d'un simple échelon pertinent de compétences. Finalement l'auteur estime qu'en tout état de cause l'idée même de compétence générale est ébranlée par les menaces qui pèsent sur l'autonomie fiscale des collectivités qui procède de la centralisation fiscale et des carences dans les compensations des transferts de compétences.

Cette étude est à l'évidence un brillant travail universitaire, mais dont il faut bien constater qu'il procède essentiellement d'analyses doctrinales et fait fort peu de cas de la réalité jurisprudentielle en la matière. On ne saisit d'ailleurs pas exactement quels sont les enjeux de l'étude menée, si ce n'est qu'elle entend démontrer qu'en dépit des avis les plus autorisés, la clause générale de compétence n'a jamais existé et que l'actuel foisonnement réglementaire n'aboutit pas à un amoindrissement des compétences des collectivités territoriales, mais se situe dans un système qui a toujours été le même et qui définit les compétences des collectivités de façon finie et déterminée, et non pas générale. On croit percevoir que l'auteur entend éventuellement fournir un argumentaire qui permettrait de justifier une éventuelle recentralisation, ou régionalisation des pouvoirs, dans le cadre de la construction européenne ou de la contractualisation des politiques publiques. Mais force est de constater que même les tenants de l'existence de la clause générale de compétence ne lui accordent pas ce caractère absolu et intangible que semble évoquer l'auteur. Faut-il rappeler que cette clause s'inscrit dans des limites régulièrement rappelées par la jurisprudence, par exemple par l'arrêt d'assemblée du 29 juin 2001 (CE, ass., 29 juin 2001, Cne Mons-en-Baroeul, req. n° 193716) qui a jugé ceci : « Considérant que selon l'article L. 121-26 du code des communes en vigueur à la date de la délibération contestée et qui reprend des dispositions dont l'origine remonte à l'article 61 de la loi du 5 avril 1884 : "Le conseil municipal règle par ses délibérations les affaires de la commune" ; que ce texte, qui figure présentement à l'article L. 2121-29 du code général des collectivités territoriales, habilite le conseil municipal à statuer sur toutes les questions d'intérêt public communal, sous réserve qu'elles ne soient pas dévolues par la loi à l'Etat ou à d'autres personnes publiques et qu'il n'y ait pas d'empiètement sur les attributions conférées au maire ; » Saurait-on plus clairement rappeler la nature simplement législative de la clause générale de compétences, la loi à laquelle il appartient de définir les compétences des diverses entités administratives ? Finalement, les points de vue ne sont pas si opposés que cela.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Evolutions récentes du contentieux administratif.

Deux textes récents sont venus apporter des modifications aux règles du droit du contentieux administratif.
1°) Le décret n° 2016-1480 du 2 novembre 2016dit « JADE » (pour « justice administrative de demain »), portant modification du code de justice administrative, est paru le 4 novembre 2016 au Journal officiel, avec une entrée en vigueur au 1er janvier 2017.
Ses objectifs sont pour l'essentiel au nombre de quatre :
a) Accélérer le traitement de certaines requêtes :
Des ordonnances de séries pourront être prises par les tribunaux sur la base d’un arrêt devenu irrévocable de la cour administrative d’appel dont ils relèvent (alors qu’actuellement, le tribunal ne peut se fonder que sur une de ses propres décisions ou sur un arrêt du Conseil d’État).
Les requêtes d’appel et les pourvois en cassation dirigés contre des décisions rendues en appel « manifestement dépourvues de fondement » pourront être rejetées par ordonnance dans tous les contentieux (et non plus seulement en ma…

Bail à construction sur domaine public : glissement progressif vers une légalité de principe.

Le Conseil d'Etat a eu à examiner la légalité de la convention intitulée « bail à construction » signée par la communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole, devenue depuis métropole, avec le port autonome de Marseille et la légalité de sa cession à un délégataire de service public, alors que le terrain en question appartenait dès l’origine au domaine public.
Classiquement, le « bail à construction » était considéré comme un contrat particulier qui confère au preneur un droit réel immobilier et qui n’a pas été conçu par le législateur pour le domaine public. Il était donc par principe considéré comme illégal s'il portait sur le domaine public (CAA Nantes, 9 mai 2014, n° 12NT03234)
Le Conseil d’État vient de juger, par un arrêt du 11 mai 2016, Communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole N° 390118, qu’il n’était pas impossible par principe d’utiliser un tel montage contractuel sur une parcelle appartenant au domaine public, à la condition toutefois que le contrat …

Clause exorbitante : la Cour de Cassation fait une première application de la nouvelle jurisprudence du tribunal des Conflits.

Il a été fait état sur ce blog de la nouveauté introduite par le Tribunal des Conflits, par une décision du 13 octobre 2014, dans la définition de la clause exorbitante.
Rappelons que jusqu’à présent, la jurisprudence concordante du Conseil d’État (CE 20 octobre 1950, Stein, n° 98459), de la Cour de cassation (Cass. Civ. 1ère, 20 septembre 2006 n° 04-13.480) et du Tribunal des conflits (TC 15 novembre 1999, Commune de Bourisp, n° 3144) entendait par « clause exorbitante du droit commun » une clause relative à des droits et obligations « étrangers par leur nature à ceux qui sont susceptibles d’être consentis par quiconque dans le cadre des lois civiles et commerciales ».
Le Tribunal définit désormais la clause exorbitante comme celle qui implique, dans l’intérêt général, que le contrat relève du régime exorbitant des contrats administratifs. A titre d’illustration, la décision commentée mentionne, par un « notamment », l’hypothèse des clauses reconnaissant à la personne pub…