Accéder au contenu principal

Machines à voter et logiciels libres

Lors des élections présidentielles l'usage des machines à voter dans certaines communes a donné lieu à diverses péripéties : dysfonctionnements variés, retards au démarrage et en cours de fonctionnement, inquiétude des électeurs. Les bilans sont variés. Les Dernières Nouvelles d'Alsace de ce jour nous apprennent que le conseil municipal de Mulhouse lors de sa réunion du 23 avril 2007 a jugé le bilan plutôt positif à l'issue du premier tour. Mais des réticences se sont néanmoins exprimées. « Personne ne sait ce qui se passe dans cette boîte », a souligné un conseiller. N'est-ce pas précisément le plus grand problème en la matière ? Personne ne sait effectivement, mis à part le développeur, ce qui se passe au coeur d'un logiciel et des traitements qu'il effectue, lorsqu'il n'est fourni qu'en code binaire ce qui est la règle pour les logiciels propriétaires. Pour en savoir plus, il faudrait pouvoir décompiler ce qui constitue cependant un délit si l'objet de la décompilation n'est pas d'assurer l'interopérabilité. La solution vient du logiciel libre - en réalité open source - qui est fourni avec le code source que tout un chacun peut étudier voire modifier en cas de besoin. La défiance vis-à-vis des machines à voter pourrait être plus facilement levée s'il existait cette garantie, en la matière essentielle, que le fonctionnement du programme de traitement des opérations de vote peut être analysée et validé par des experts. Finalement, le droit électoral ne devrait-il pas être le domaine "d'élection" d'une vraie informatique de confiance, expression trop souvent galvaudée, et qui n'est en réalité représentée que par les logiciels open source ?

Commentaires

  1. Bonjour,
    Je souhaite apporter mon témoignage sur l'utilisation des urnes électroniques à Boulogne Billancourt.
    En tant qu'assesseur titulaire d'un des bureaux de vote à Boulogne le 22 avril, j'ai eu l'occasion tout au long de la journée d'expérimenter ce nouveau mode d'expression du vote.
    En premier lieu, je m'exprimerai sur le principal grief apparu ce dimanche : la lenteur du processus. Je pense effectivement que l'introduction du vote électronique a pu augmenter l'attente dans les bureaux. Mais la faute à qui? Certainement pas à la machine, puisqu'il suffit d'une dizaine de secondes pour choisir son (sa) candidat(e) et valider. C'est quand même plus rapide que de choisir son bulletin, le mettre dans l'enveloppe, puis de glisser le tout dans l'urne.
    Evidemment, le fait qu'il n'y ait qu'une seule machine par bureau ne peut que diminuer le "débit" des électeurs. Je rappelle ici que la machine faisant à la fois office d'isoloir et d'urne, il est indispensable qu'il n'y en ait qu'une par bureau. Je pense cependant que c'est largement compensé par la rapidité du vote en lui-même. Ce qui est long, c'est la vérification des identités et l'émargement, comme avant du reste.
    Pour moi, le problème est la mauvaise organisation des présidents et assesseurs de nombre de bureaux. Beaucoup d'entre eux à Boulogne utilisaient les urnes électroniques pour la première fois, et n'avaient pas vraiment d'idée sur la façon dont ça devait se gérer. Il a suffit de voir à l'ouverture des bureaux la concentration qui a été nécessaire pour mettre en route le système. Il a suffit de voir ensuite la mauvaise gestion du passage des électeurs : entre la vérification de l'identité, le vote proprement dit et l'émargement, l'isoloir était vide les 3/4 du temps!
    Dans notre bureau, nous avons choisi la méthode suivante : l'électeur présente ses papiers, entre dans l'isoloir et attend l'ordre du président(et du coup a le temps de bien visualiser la machine, et de se préparer au vote). Le président ouvre l'urne après vérification de l'identité et l'électeur vote. Il sort ensuite de l'isoloir et va émarger. Pendant ce temps, un autre électeur a donné ses papiers et entre à son tour dans l'isoloir. Ce principe de fonctionnement nous a permis de faire passer 900 électeurs en 7 heures. L'isoloir n'était jamais vide.
    Je suis persuadé qu'une formation appropriée des bureaux de vote permettra d'améliorer de beaucoup l'efficacité.
    De toute façon, l'inefficacité des membres des bureaux se fait aussi sentir dans le mode "papier" : combien de fois n'ai-je vu des assesseurs tourner une par une les pages du registre pour y trouver l'électeur, quand on sait qu'à Boulogne il y a en moyenne un bon millier d'électeurs par bureau! Dans ce genre de bureaux aussi les gens ont fait la queue.
    Il faut aussi reconnaître que la très forte affluence de ce scrutin (avec en particulier un très grand nombre de procurations par rapport à d'habitude) a accentué ces difficultés. Le gros des électeurs est venu non-stop dans notre bureau de 10h à 17h. Quasiment personne entre 8h et 10h, et entre 18h et 20h (ce qui représente quand même 1/3 de la durée d'ouverture du bureau).Je rappelle quand même que si les bureaux sont ouverts de 8h à 20h, c'est aussi pour permettre un étalement dans la journée. Mais force est de reconnaître que nous sommes tous un peu "moutons" à ce sujet, puisque nous venons tous voter à la même heure. Peut-être faudrait-il un Bison Futé du bureau de vote?!
    Venons-en maintenant à la question qui fâche vraiment : la possibilité de fraude.
    Une chose est certaine : aucune fraude n'est possible au sein du bureau de vote. Dans mon expérience, le nombre à l'émargement et le nombre de votants indiqué par la machine était rigoureusement exact. Si cela n'avait pas été le cas, je peux vous assurer que je n'aurais pas validé les résultats de mon bureau (pour précision, je suis accrédité par un parti d'opposition).
    Seul le président est autorisé à ouvrir l'urne électronique, qui se referme aussitôt après validation par l'électeur. Cette ouverture ne se fait bien sûr que lorsque l'assesseur a validé l'identité de celui-ci. En aucun cas le bureau ne peut savoir pour qui l'électeur vote (seules mentions affichées sur l'écran de contrôle du président : urne ouverte, a choisi, a validé, urne fermée). Rien dans la machine ne permet d'identifier l'électeur, donc aucun risque a posteriori d'associer une personne à son choix.
    Absolument personne n'a accès pendant toutes les opérations à l'"urne", qui n'est rien d'autre qu'un disque dur finalement qui enregistre les votes. Elle est verrouillée par un double système de clés (une pour le président, une pour l'assesseur tituaire). Je rappelle que ces machines fonctionnent en circuit fermé, elles ne sont pas en réseau, ne dispose pas d'un système d'accès à distance (type Wifi, 3G...), donc personne ne peut intervenir dessus pendant le vote.
    La seule possibilité de fraude est donc en amont, et on peut donc supposer que les esprits mal intentionnés peuvent installer des machines programmées pour truquer les élections. C'est d'abord une bien triste opinion de la France et de ses politiques d'imaginer ça. C'est ensuite illusion de croire qu'il est plus facile de truquer des élections avec des machines qu'avec des bulletins papier. Si c'était le cas, toutes nos belles dictatures africaines et moyen-orientales se seraient déjà équipées dans les grandes villes. Franchement, si une organisation suffisamment puissante souhaitait faire dévier les élections, elle n'aurait pas besoin de faire installer des machines à cet effet. Le trucage des élections existait bien avant les urnes électroniques. Je recommande vivement à tous les lecteurs de participer à des dépouillements de vote papier pour voir à quel point, d'une part il est facile d'avoir des erreurs (surtout quand vous recompter les bulletins pour la énième fois à minuit passé...), et d'autre part comme il est facile d'invalider un bulletin en faisant preuve d'une "extrême maladresse" lors de l'ouverture de l'enveloppe, ce qui conduit le bulletin a être déchiré, et donc nul (ça c'est ballot!...)
    La question de la difficulté d'utiliser ces machines par les personnes âgées et les personnes handicapées a également été évoquée. Il est vrai qu'un certain nombre de personnées âgées ont demandé à être accompagnées dans l'isoloir (qui de son fils, qui de son épouse, et même qui de l'électeur qui suivait dans la file!). Cependant la plupart l'on fait par appréhension, après avoir entendu tous les commentaires sur ce mode de vote, et la grande majorité a affirmé en sortant de l'isoloir que finalement c'était très simple, et qu'elles auraient pu le faire seules.
    Nous n'avons pas eu de personnes handicapées dans notre bureu de vote, mais il faut savoir que les machines utilisées à Boulogne sont équipées de touches spéciales à accès facilité pour les personnes en fauteuil roulant, et qu'il existe également un système d'aide auditive aux personnes malvoyantes.
    Enfin je me dois de préciser que nous avons eu 6 ou 7 réclamations enregistrées sur le PV du bureau de la part d'opposants au vote électronique, sur 980 votants. Tous avaient le même papier en main, qui était un modèle de déclaration trouvé je ne sais où. C'était évidemment un geste éminemment politique sans élément probant, puisqu'aucun incident n'a été à déplorer dans notre bureau.
    Ce qui précède peut ressembler à une apologie du vote électronique. Rien n'est moins vrai! J'ai juste voulu vous faire part de mon expérience et de mes réflexions suite à ce 22 avril. Je suis pour ma part persuadé que le vote électronique n'apporte rien à la démocratie (les erreurs humaines et les erreurs électroniques éventuelles doivent représenter grosso modo le même taux), mais qu'il ne lui nuit pas non plus.
    J'appelle tous les citoyens qui sont contre à manifester leur opposition, mais dans le même temps j'aimerais que ces opposants viennent participer aux dépouillements. Je sais par expérience qu'un certain nombre de mairies ont opté pour le vote électronique suite à la difficulté croissante de trouver des volontaires pour les dépouillements (et pour tenir les bureaux de vote). Il n'est selon moi pas responsable, et surtout pas citoyen, de laisser aux mêmes personnes toute la charge de tenir un bureau de vote pendant 10h ou 12h puis celle de dépouiller les résultats en fin de journée pendant plusieurs heures, pendant qu'on va à la pêche ou chez la grand mère en se targuant d'avoir été un bon citoyen parce qu'on a passé 2 minutes dans le bureau de vote pour exprimer sa voix. Alors oui parfois on fait la queue. On ne récolte que ce que l'on sème...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Evolutions récentes du contentieux administratif.

Deux textes récents sont venus apporter des modifications aux règles du droit du contentieux administratif.
1°) Le décret n° 2016-1480 du 2 novembre 2016dit « JADE » (pour « justice administrative de demain »), portant modification du code de justice administrative, est paru le 4 novembre 2016 au Journal officiel, avec une entrée en vigueur au 1er janvier 2017.
Ses objectifs sont pour l'essentiel au nombre de quatre :
a) Accélérer le traitement de certaines requêtes :
Des ordonnances de séries pourront être prises par les tribunaux sur la base d’un arrêt devenu irrévocable de la cour administrative d’appel dont ils relèvent (alors qu’actuellement, le tribunal ne peut se fonder que sur une de ses propres décisions ou sur un arrêt du Conseil d’État).
Les requêtes d’appel et les pourvois en cassation dirigés contre des décisions rendues en appel « manifestement dépourvues de fondement » pourront être rejetées par ordonnance dans tous les contentieux (et non plus seulement en ma…

Bail à construction sur domaine public : glissement progressif vers une légalité de principe.

Le Conseil d'Etat a eu à examiner la légalité de la convention intitulée « bail à construction » signée par la communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole, devenue depuis métropole, avec le port autonome de Marseille et la légalité de sa cession à un délégataire de service public, alors que le terrain en question appartenait dès l’origine au domaine public.
Classiquement, le « bail à construction » était considéré comme un contrat particulier qui confère au preneur un droit réel immobilier et qui n’a pas été conçu par le législateur pour le domaine public. Il était donc par principe considéré comme illégal s'il portait sur le domaine public (CAA Nantes, 9 mai 2014, n° 12NT03234)
Le Conseil d’État vient de juger, par un arrêt du 11 mai 2016, Communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole N° 390118, qu’il n’était pas impossible par principe d’utiliser un tel montage contractuel sur une parcelle appartenant au domaine public, à la condition toutefois que le contrat …

Clause exorbitante : la Cour de Cassation fait une première application de la nouvelle jurisprudence du tribunal des Conflits.

Il a été fait état sur ce blog de la nouveauté introduite par le Tribunal des Conflits, par une décision du 13 octobre 2014, dans la définition de la clause exorbitante.
Rappelons que jusqu’à présent, la jurisprudence concordante du Conseil d’État (CE 20 octobre 1950, Stein, n° 98459), de la Cour de cassation (Cass. Civ. 1ère, 20 septembre 2006 n° 04-13.480) et du Tribunal des conflits (TC 15 novembre 1999, Commune de Bourisp, n° 3144) entendait par « clause exorbitante du droit commun » une clause relative à des droits et obligations « étrangers par leur nature à ceux qui sont susceptibles d’être consentis par quiconque dans le cadre des lois civiles et commerciales ».
Le Tribunal définit désormais la clause exorbitante comme celle qui implique, dans l’intérêt général, que le contrat relève du régime exorbitant des contrats administratifs. A titre d’illustration, la décision commentée mentionne, par un « notamment », l’hypothèse des clauses reconnaissant à la personne pub…