Accéder au contenu principal

L'observatoire de la décentralisation livre ses premières réflexions

Lors de son intervention devant l'Observatoire de la décentralisation - instance sénatoriale chargée du suivi de la décentralisation et de l'évaluation des politiques publiques - le 7 novembre 2007, Madame Michèle Alliot-Marie a réaffirmé que « l'organisation territoriale de la France méritait d'être clarifiée », en particulier le champ de compétences des collectivités territoriales et de leurs groupements. Des « redondances existent dans l'exercice des responsabilités » a ajouté la ministre de l'Intérieur et des Collectivités territoriales. Une loi organique pourrait intervenir « pour identifier les responsabilités de chaque niveau de décision », sans toutefois procéder à de nouveaux transferts massifs. La ministre souhaite en effet qu'une « pause » soit faite dans le mouvement de décentralisation, comme le lui a demandé le président de la République. C'est le retour annoncé des blocs de compétences.


1. Dans son rapport remis à la ministre, l'Observatoire de la décentralisation invite notamment à « poursuivre la clarification des compétences de chaque niveau d'administration locale », en proposant une remise en cause de la clause générale de compétence des collectivités territoriales ce qui permettrait de « donner tout son sens au principe de subsidiarité » ainsi qu'une stricte limitation des financements croisés. Il est vrai que l'une des causes de l'échec des transferts de compétences par blocs a été la difficulté de combiner ce principe de répartition avec la clause générale de compétence. Mais le remède paraît un peu radical, dès lors que le principe de subsidiarité a été consacré par la loi constitutionnelle du 13 août 2003 ; l'instauration de l'exception d'inconstitutionnalité dont il a été question ces jours-ci ne constituerait-elle pas un remède suffisant ?


2. Le rapport préconise en outre d'adapter l'organisation des collectivités à la diversité territoriale en fusionnant des régions de taille insuffisante, de rapprocher des départements, de répartir les compétences selon le profil urbain ou rural du territoire. Après l'échec des fusions communales des années 1970, espère-t-on avoir plus de succès avec les collectivités de niveau supra-communal ?


3. Autre suggestion du rapport : renforcer la légitimité des exécutifs locaux en recourant à un mode plus direct de désignation. Il s'agirait de faire élire les exécutifs locaux au suffrage universel direct, comme c'est déjà le cas au niveau national pour le président de la République. Autre solution avancée par l'observatoire : c'est le chef de la liste gagnante aux élections qui serait automatiquement désigné à la tête de l'exécutif. Sur cette question la commission Guichard dans son fameux rapport « vivre ensemble » de 1976 avait exprimé une opinion qui semblait devoir reléguer définitivement cette suggestion dans le placard des fausses-bonnes idées. Il avait été indiqué que le système communal n'était une transposition ni d'un régime parlementaire, ni d'un régime présidentiel ; qu'il est en réalité un système original reposant sur un subtil équilibre que toute réforme rendrait instable. L'introduction d'une représentativité de l'opposition dans les grandes communes a évité cet écueil puisqu'en tout état de cause la liste vainqueur des élections est assurée de la majorité absolue. Pour les auteurs du rapport Guichard, l'introduction de l'élection du maire au suffrage universel le rendrait indépendant du conseil ce qui serait une réforme profonde de l'esprit du système communal : le conseil municipal aura tendance à considérer qu'il oeuvre non pas avec le maire mais face à lui ; l'irresponsabilité du maire devant le conseil deviendrait injustifiable. « Bref, alors qu'on souhaite, par l'élection directe, accroître l'autorité du maire, on risquerait fort de lui couper ses moyens ». Il convient donc de s'avancer avec beaucoup de prudence dans la voie envisagée.


4. Le rapport préconise encore de revenir sur le cumul d'une fonction exécutive locale avec une fonction ministérielle ou parlementaire, et, d'éviter le cumul d'un mandat d'élu de grande ville, de président de conseil général ou régional et un mandat parlementaire.. On a appris que la Ministre s'opposait à toute idée d'interdiction total du cumul entre mandats locaux et nationaux, en ressortant des cartons le vieil argument de la complémentarité de ces mandats. On est bien conscient que c'est là un pur alibi ; la commission Guichard dans son rapport précité avait déjà noté que finalement le cumul était un « agent de la centralisation » et l'on comprend bien que dans ces conditions l'Etat y tienne autant que les élus locaux.


5. Créer un régime statutaire plus adapté pour les maires de grandes villes, les présidents de conseil régional, les présidents de conseil régional qui exerceraient leurs compétences à temps plein pour aller vers une véritable professionnalisation de la fonction de l'élu. Assiste-t-on au retour de l'une des idées phares du rapport Mauroy de 2000, qui avait suggéré la mise en place d'une « fonction publique élective » ? L'idée était de doter les exécutifs locaux d'un statut d'« agents civiques territoriaux » salariés de leur collectivité, système qui se pratique au demeurant dans le droit allemand.


En vrac, les autres préconisations :


6. Favoriser auprès des jeunes le désir de devenir élu.


7. Encourager l'Etat à se réformer et favoriser les passerelles entre les fonctions publiques.


8. Exiger de l'Etat qu'il respecte les nouveaux domaines d'attribution des collectivités territoriales en cessant ses interventions. Est-ce un voeu pieu ou des mécanismes juridiques seront-ils prévus ?


9. Encourager l'Etat à jouer le rôle de partenaire des collectivités territoriales.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

En droit privé, le silence ne vaut, sauf exception, pas acceptation : la Cour de Cassation confirme sa jurisprudence séculaire.

Par un arrêt du 19 novembre 2014, la Cour de Cassation a réaffirmé que :
"le silence opposé à l'affirmation d'un fait ne vaut pas à lui seul reconnaissance de ce fait," L'arrêt de principe en la matière date du 25 mai 1870. La Cour y affirmait ceci :
"Attendu, en droit, que le silence de celui que l'on prétend obligé ne peut suffire, en l'absence de toute autre circonstance, pour faire preuve contre lui de l'obligation alléguée ;" Il s'agissait de l'avis donné à une personne par celui qui s'est chargé de placer les actions d'une société, qu'elle a été portée sur la liste des souscripteurs pour un certain nombre d'actions et que le premier versement a été fait pour elle, ledit avis resté sans réponse, n'engage pas la personne à laquelle il a été donné.
Dans l'affaire jugée en 2014 était en cause l'obligation de cohabitation entre époux. La Cour considère que le fait pour un époux de ne pas contester u…

Evolutions récentes du contentieux administratif.

Deux textes récents sont venus apporter des modifications aux règles du droit du contentieux administratif.
1°) Le décret n° 2016-1480 du 2 novembre 2016dit « JADE » (pour « justice administrative de demain »), portant modification du code de justice administrative, est paru le 4 novembre 2016 au Journal officiel, avec une entrée en vigueur au 1er janvier 2017.
Ses objectifs sont pour l'essentiel au nombre de quatre :
a) Accélérer le traitement de certaines requêtes :
Des ordonnances de séries pourront être prises par les tribunaux sur la base d’un arrêt devenu irrévocable de la cour administrative d’appel dont ils relèvent (alors qu’actuellement, le tribunal ne peut se fonder que sur une de ses propres décisions ou sur un arrêt du Conseil d’État).
Les requêtes d’appel et les pourvois en cassation dirigés contre des décisions rendues en appel « manifestement dépourvues de fondement » pourront être rejetées par ordonnance dans tous les contentieux (et non plus seulement en ma…

Clause exorbitante : la Cour de Cassation fait une première application de la nouvelle jurisprudence du tribunal des Conflits.

Il a été fait état sur ce blog de la nouveauté introduite par le Tribunal des Conflits, par une décision du 13 octobre 2014, dans la définition de la clause exorbitante.
Rappelons que jusqu’à présent, la jurisprudence concordante du Conseil d’État (CE 20 octobre 1950, Stein, n° 98459), de la Cour de cassation (Cass. Civ. 1ère, 20 septembre 2006 n° 04-13.480) et du Tribunal des conflits (TC 15 novembre 1999, Commune de Bourisp, n° 3144) entendait par « clause exorbitante du droit commun » une clause relative à des droits et obligations « étrangers par leur nature à ceux qui sont susceptibles d’être consentis par quiconque dans le cadre des lois civiles et commerciales ».
Le Tribunal définit désormais la clause exorbitante comme celle qui implique, dans l’intérêt général, que le contrat relève du régime exorbitant des contrats administratifs. A titre d’illustration, la décision commentée mentionne, par un « notamment », l’hypothèse des clauses reconnaissant à la personne pub…