Accéder au contenu principal

Six choses insignifiantes que mes lecteurs ne savent pas de moi.

Mon oeil incrédule vient de surprendre mon nom au détour d'une page du blog du Professeur ROLIN. Et voilà comment je découvre que de très sérieux messieurs - ou présumés tels - se livrent dans la blogosphère économico-juridique à des jeux d'adulescents ! Je suis donc tagué par M. ROLIN, ce que je considère plutôt comme un honneur qu'une mauvaise farce. Aussi vais-je tenter d'informer plus avant mes lecteurs sur des aspects de mon profil, qui bien qu'annoncé "complet" sur la page d'accueil du blog, est très succint et ne comporte pas ces petits détails insignifiants qui peuvent contribuer à humaniser la blogosphphère. Alors, en vrac :

1. J'ai été tagué en ma qualité de fonctionnaire territorial. Pourquoi suis-je fonctionnaire territorial, juriste de surcroît ? J'aurais plusieurs raisons à faire valoir, mais il me semble intéressant d'en relever une qui tient quasiment à la tradition familiale et qui semble remonter au moins jusqu'au XVIIème siècle. Je renvoie mes lecteurs à cette page où ils pourront découvrir que j'ai, selon la tradition familiale, une lignée d'ancêtres qui se sont illustrés dans le droit et la gestion locale.

2. Je ne regarde jamais la télé pour la bonne raison que je n'en ai plus depuis 18 ans. Et bien que très goulu de télé dans ma jeunesse (je quittais la fac avant la fin des cours pour ne pas rater Zorro) je ne souffre d'aucun manque.

3. Je n'ai pas non plus de portable. Principe de précaution oblige.

4. J'adore me promener dans les Vosges et visiter les ruines médiévales. Voici la dernière que j'ai visitée : le Bernstein




au-dessus de Dambach-la Ville, charmante bourgade du vignoble alsacien :


5. Il va sans dire que j'aime également beaucoup déguster ce que produit ce vignoble, avec modération bien entendu.

6. Je ne réponds jamais aux chaînes que je reçois, par la Poste ou le Net ; ceci est la première exception. Ce sera la seule.

Voici accomplie la première partie de ce pensum. Je sollicite un délai pour choisir à qui je vais "refiler le sparadrap" (Ah, la référence tintinesque !).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Evolutions récentes du contentieux administratif.

Deux textes récents sont venus apporter des modifications aux règles du droit du contentieux administratif.
1°) Le décret n° 2016-1480 du 2 novembre 2016dit « JADE » (pour « justice administrative de demain »), portant modification du code de justice administrative, est paru le 4 novembre 2016 au Journal officiel, avec une entrée en vigueur au 1er janvier 2017.
Ses objectifs sont pour l'essentiel au nombre de quatre :
a) Accélérer le traitement de certaines requêtes :
Des ordonnances de séries pourront être prises par les tribunaux sur la base d’un arrêt devenu irrévocable de la cour administrative d’appel dont ils relèvent (alors qu’actuellement, le tribunal ne peut se fonder que sur une de ses propres décisions ou sur un arrêt du Conseil d’État).
Les requêtes d’appel et les pourvois en cassation dirigés contre des décisions rendues en appel « manifestement dépourvues de fondement » pourront être rejetées par ordonnance dans tous les contentieux (et non plus seulement en ma…

Bail à construction sur domaine public : glissement progressif vers une légalité de principe.

Le Conseil d'Etat a eu à examiner la légalité de la convention intitulée « bail à construction » signée par la communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole, devenue depuis métropole, avec le port autonome de Marseille et la légalité de sa cession à un délégataire de service public, alors que le terrain en question appartenait dès l’origine au domaine public.
Classiquement, le « bail à construction » était considéré comme un contrat particulier qui confère au preneur un droit réel immobilier et qui n’a pas été conçu par le législateur pour le domaine public. Il était donc par principe considéré comme illégal s'il portait sur le domaine public (CAA Nantes, 9 mai 2014, n° 12NT03234)
Le Conseil d’État vient de juger, par un arrêt du 11 mai 2016, Communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole N° 390118, qu’il n’était pas impossible par principe d’utiliser un tel montage contractuel sur une parcelle appartenant au domaine public, à la condition toutefois que le contrat …

Clause exorbitante : la Cour de Cassation fait une première application de la nouvelle jurisprudence du tribunal des Conflits.

Il a été fait état sur ce blog de la nouveauté introduite par le Tribunal des Conflits, par une décision du 13 octobre 2014, dans la définition de la clause exorbitante.
Rappelons que jusqu’à présent, la jurisprudence concordante du Conseil d’État (CE 20 octobre 1950, Stein, n° 98459), de la Cour de cassation (Cass. Civ. 1ère, 20 septembre 2006 n° 04-13.480) et du Tribunal des conflits (TC 15 novembre 1999, Commune de Bourisp, n° 3144) entendait par « clause exorbitante du droit commun » une clause relative à des droits et obligations « étrangers par leur nature à ceux qui sont susceptibles d’être consentis par quiconque dans le cadre des lois civiles et commerciales ».
Le Tribunal définit désormais la clause exorbitante comme celle qui implique, dans l’intérêt général, que le contrat relève du régime exorbitant des contrats administratifs. A titre d’illustration, la décision commentée mentionne, par un « notamment », l’hypothèse des clauses reconnaissant à la personne pub…