Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du novembre, 2008

Droit d'accueil des élèves : l'hypocrisie continue

La Gazette des communes révèle que de nombreuses actions en justice ont été engagées par l'Etat contre des communes qui n'ont pas organisé le droit d'accueil instauré par la loi du 20 août 2008.

Voyez ici et ici.

On relèvera que :

"le préfet de l'Hérault Cyrille Schott a précisé que les communes concernées dans son département avaient soit pris des délibérations refusant d'organiser l'accueil des élèves, soit indiqué par courrier qu'elles étaient dans l'impossibilité de l'organiser".et que dans l'Aude :

"Sont concernées par ces "manquements avérés à la loi", les communes dont les maires ont par lettre indiqué qu'ils n'étaient pas en mesure d'assurer l'accueil des élèves, certaines où une délibération opposée à la loi a été prise et d'autres, dont les premiers magistrats ont, par leur "expression publique", indiqué leur opposition."Ces démarches étatiques sont symptomatiques d'une hypocr…

Expulsion des gens du voyage : illustration du jeu de "renvoi de la patate chaude"

Par une ordonnance du 5 novembre 2008 (n° 0804898), le juge des référés du Tribunal Administratif de Strasbourg a rejeté une demande d'expulsion de gens du voyage occupant illégalement une dépendance du domaine public, au motif que les conclusions d'expulsion ne pouvaient être considérées comme utiles "eu égard aux dispositions de la loi du 5 mars 2007 qui permettent au maire de demander au préfet de mettre en demeure les occupants de quitter les lieux".

En d'autres termes, le magistrat a considéré que l'existence même de la nouvelle procédure d'expulsion administrative empêchait de plein droit de considérer comme remplie la condition d'utilité posée par l'article L. 521-3 du Code de justice administrative dit "référé mesures utiles" sur lequel sont fondés les référés-expulsion, rendant donc de facto impossible la voie du référé-expulsion administratif.

Le raisonnement paraîtrait juridiquement un peu court si l'on ne savait la solutio…