Accéder au contenu principal

Le projet de réforme des "conseillers territoriaux" est-il inconstitutionnel ?

Le projet de loi relatif à l'élection des conseillers territoriaux et au renforcement de la démocratie locale a été déposé au Sénat le 21 octobre 2009. Un dossier législatif est disponible ici.

Dans une intéressante étude parue à l'AJDA du 29 décembre 2009 à la page 2380, le Professeur Géraldine CHAVRIER récapitule et synthétise les arguments qui pourraient conduire au constat de l'inconstitutionnalité du projet de réforme tel qu'il est actuellement envisagé.

Selon l'auteur, ce projet serait principalement en contrariété avec le principe de libre administration tel qu'il doit être compris dans le contexte actuel de la République décentralisée. Elle rappelle que le Gouvernement se fonde sur la jurisprudence constitutionnelle relative à la Nouvelle Calédonie (Décision n° 85-196 du 8 août 1985) selon laquelle "en prévoyant que le territoire dispose d'un conseil élu [la loi] a pu charger ses membres d'une double fonction territoriale et régionale, sans enfreindre aucune règle constitutionnelle".

L'auteur note que le Conseil n'a pas exigé que chaque collectivité soit nécessairement dotée d'un conseil "propre" position que les auteurs du projet de loi entendent également faire admettre s'agissant de l'extension d'une telle organisation aux régions et départements. Mais la question se pose de savoir si ce raisonnement reste valable dans le contexte créé par la modification de l'article 72 de la Constitution par la loi constitutionnelle du 17 mars 2003.

Depuis cette réforme, la liste des collectivités territoriale dont l'existence est constitutionnellement protégée a été complétée par l'ajout de la région ; cette liste peut être amendée par le législateur qui ne dispose cependant que d'une seule alternative : créer un nouveau type de collectivité ou fusionner un ou plusieurs types de collectivités existants. Or, selon l'auteur, la solution envisagée, qu'elle qualifie de simple "rapprochement organique", mettrait en place une "quasi-fusion" traduisant un véritable "abus de constitution" car non conforme à la constitution qui exigerait que l'on aille jusqu'à la fusion.

S'ajoute à cela que depuis 2003 l'interdiction de la tutelle d'une collectivité sur une autre a été constitutionnellement consacrée. Or, toujours selon l'auteur, dans un système où deux collectivités distinctes seraient administrées par des élus faisant partie du même conseil territorial, procédant d'une élection organisée dans un cadre départemental, il est plus que probable que les délibérations du conseil régional seront "orientées" de façon à servir au mieux les intérêts départementaux défendus par les élus. Cette situation, dans laquelle le conseil régional ne sera que l'addition des conseils généraux, ferait donc peu de cas de l'intérêt régional qui exigerait, en particulier en matière d'aménagement du territoire et de développement économique, que l'action des collectivités soit impulsée par la région. Il est donc possible d'identifier une organisation favorisant une forme de tutelle des départements sur les régions.

D'autres difficultés, en relation avec les principes du droit électoral, sont relevées en seconde partie de l'article. Cette étude peut être lue ici.

On suivra donc avec un grand intérêt la discussion parlementaire et la décision du Conseil Constitutionnel dont la saisine est probable puisque les parlementaires d'opposition ont déjà développé ces critiques à l'encontre du texte (voyez par exemple ici).

Commentaires

  1. Article et Blog très intéressants. Je suis une élève de Mme Chavrier à la Sorbonne et elle nous a évidemment bien précisé que le but de cette réforme était, à terme, de supprimer les départements, sans soulever une levée de bouclier puisqu'il ne s'agira plus que d'une formalité.
    Bonne continuation en 2010.
    Célia

    RépondreSupprimer
  2. Bravo !

    J'apprécie vos écrits.

    Merci.

    Rédacteur territorial en charge d'un CCAS

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour vos appréciations encourageantes

    RépondreSupprimer
  4. Je trouve que la reforme ne sert pas a grand chose au final... Il est possible que je fasse fausse route... le mieux serait peut etre d'avoir plus d'information...

    RépondreSupprimer
  5. Selon l'exposé des motifs, l'objectif premier est celui-ci : "Avec le conseiller territorial, les élus seront moins nombreux : 3 000 conseillers territoriaux environ remplaceront les 6 000 élus actuels des conseils généraux (4 182) et régionaux (1 880)."

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Evolutions récentes du contentieux administratif.

Deux textes récents sont venus apporter des modifications aux règles du droit du contentieux administratif.
1°) Le décret n° 2016-1480 du 2 novembre 2016dit « JADE » (pour « justice administrative de demain »), portant modification du code de justice administrative, est paru le 4 novembre 2016 au Journal officiel, avec une entrée en vigueur au 1er janvier 2017.
Ses objectifs sont pour l'essentiel au nombre de quatre :
a) Accélérer le traitement de certaines requêtes :
Des ordonnances de séries pourront être prises par les tribunaux sur la base d’un arrêt devenu irrévocable de la cour administrative d’appel dont ils relèvent (alors qu’actuellement, le tribunal ne peut se fonder que sur une de ses propres décisions ou sur un arrêt du Conseil d’État).
Les requêtes d’appel et les pourvois en cassation dirigés contre des décisions rendues en appel « manifestement dépourvues de fondement » pourront être rejetées par ordonnance dans tous les contentieux (et non plus seulement en ma…

Bail à construction sur domaine public : glissement progressif vers une légalité de principe.

Le Conseil d'Etat a eu à examiner la légalité de la convention intitulée « bail à construction » signée par la communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole, devenue depuis métropole, avec le port autonome de Marseille et la légalité de sa cession à un délégataire de service public, alors que le terrain en question appartenait dès l’origine au domaine public.
Classiquement, le « bail à construction » était considéré comme un contrat particulier qui confère au preneur un droit réel immobilier et qui n’a pas été conçu par le législateur pour le domaine public. Il était donc par principe considéré comme illégal s'il portait sur le domaine public (CAA Nantes, 9 mai 2014, n° 12NT03234)
Le Conseil d’État vient de juger, par un arrêt du 11 mai 2016, Communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole N° 390118, qu’il n’était pas impossible par principe d’utiliser un tel montage contractuel sur une parcelle appartenant au domaine public, à la condition toutefois que le contrat …

La justice valide le partenariat entre l’Éducation Nationale et Microsoft.

Fin 2015, un accord a été conclu entre l’Éducation Nationale et la Société Microsoft.


Le partenariat d'une durée de 18 mois réunit Microsoft et le ministère sur 5 axes clés :
L'engagement dans une démarche visant à l'adhésion à une "Charte de confiance" en cours de rédaction sous l'égide des services de l'État, permettant d'assurer la protection de la vie privée et des données personnelles des élèves et des enseignants. Une telle charte s'appliquera à l'ensemble des éditeurs L'accompagnement et la formation des acteurs du Plan Numérique à l'École utilisant les technologies Microsoft, des cadres aux enseignants La mise à disposition de solutions pour une utilisation pertinente, facile et optimale des équipements mobiles. Ce plan passe notamment par la mise à disposition de l'écosystème Cloud de Microsoft pour tous les établissements scolaires du Plan Numérique à l'École qui le souhaiteraient Une expérimentation po…