Accéder au contenu principal

Vente d'ordinateurs et de logiciels préinstallés : un premier pas en avant vient d'être franchi !


Dans mon article intitulé « Microsoft ou comment s'en débarrasser : vente liée ou vente forcée ? » paru initialement dans la revue Linux Pratique n° 66 mai/juin 2011 p. 11 et lisible sur le blog « C'est tout droit », j'ai suggéré que la vente liée n'était peut-être pas le meilleur fondement juridique pour contrer la pratique des ventes d'ordinateurs avec système d'exploitation et logiciels préinstallés ; la différence de nature entre la vente du matériel et le simple octroi d'une licence sur les « softs » me semblait incompatible avec la définition de la vente liée. Invoquer la vente forcée de l'article L. 122-3 du Code de la consommation me paraissait beaucoup plus pertinent.

J'avais également indiqué que l'évolution de la jurisprudence de la Cour de Cassation (pourvoi n°09-11161 M. Petrus c/ société LENOVO) pour les affaires postérieures à l'expiration du délai de transposition de la directive 2005/29/CE du Parlement Européen et du Conseil du 11 mai 2005 relative aux pratiques commerciales déloyales des entreprises vis-à-vis des consommateurs dans le marché intérieur, devait désormais conduire les juges rechercher si la pratique commerciale de ces ventes « conjointes » constituait, dans le cas d'espèce qui leur est soumis, une pratique commerciale déloyale au sens de la directive. Or, la vingt neuvième pratique commerciale réputée expressément déloyale en toutes circonstances par l'annexe I de la directive consiste précisément à « Exiger le paiement immédiat ou différé de produits fournis par le professionnel sans que le consommateur les ait demandés... ».

Cette réflexion, qui a été menée par d'autres (Ludovic Schurr « La vente d'ordinateurs avec logiciels pré-installés : encore des questions, toujours pas de réponses... » in Gazette du Palais 21-22 janvier 2011 p. 30 ss. ) a fait son chemin, et a abouti à une remarquable décision du 10 janvier2012 de la juridiction de proximité de Saint Denis qui consacre trois principes :

1. Le principe de la différence de nature et de régime juridique entre le matériel et les logiciels.

La juridiction censure ici la position traditionnelle des fabricants et autres revendeurs, soutenue en l'espèce par la société SAMSUNG, selon laquelle un ordinateur avec ses logiciels était un produit intégré qu'il convenait de considérer comme tel.

2. Le caractère déloyal en toutes circonstances de la pratique consistant à vendre un ordinateur avec un système d'exploitation et/ou des logiciels préinstallés.

La juridiction a considéré que si un ordinateur requérait l'installation d'un système d'exploitation, ce système ne saurait être nécessairement celui qui est fourni par la société Microsoft, des logiciels alternatifs pouvant être installés par les propriétaires. Le jugement va même jusqu'à stigmatiser les pratiques des assembleurs qui sont seules responsables de ce que le consommateur, comme le soutenait la société SAMSUNG, pense qu'un ordinateur doit nécessairement être vendu avec un système d'exploitation. Aussi, et au visa du § 29 de l'annexe I de la directive, la juridiction a-t-elle considéré que cette pratique constitue une pratique commerciale agressive et déloyale en toutes circonstances.

3. Le caractère abusif de la procédure de remboursement.

Si la possibilité d'obtenir le remboursement des logiciels non souhaités a depuis quelques années tendance à se développer, force est de noter que les pratiques des différents constructeurs et/ou vendeurs ne vont pas toutes dans le sens d'une facilitation de la démarche. A cet égard, la société SAMSUNG imposait, pour le remboursement de la licence WINDOWS, un retour en atelier de l'ordinateur aux frais et risques du client. Or, selon le tribunal, il est parfaitement possible de fournir le système d'exploitation sur un média indépendant ou de prévoir une procédure de désinstallation activée par le refus de licence par l'utilisateur. La procédure imposée par SAMSUNG a donc été jugée abusive. A noter également que le demandeur a obtenu 90 Euros au titre de la licence WINDOWS alors que SAMSUNG n'en proposait que 60 Euros.

*
Espérons que nous sommes ici en présence d'une décision fondatrice d'une nouvelle jurisprudence !

Liens :





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

En droit privé, le silence ne vaut, sauf exception, pas acceptation : la Cour de Cassation confirme sa jurisprudence séculaire.

Par un arrêt du 19 novembre 2014, la Cour de Cassation a réaffirmé que :
"le silence opposé à l'affirmation d'un fait ne vaut pas à lui seul reconnaissance de ce fait,"L'arrêt de principe en la matière date du 25 mai 1870. La Cour y affirmait ceci :
"Attendu, en droit, que le silence de celui que l'on prétend obligé ne peut suffire, en l'absence de toute autre circonstance, pour faire preuve contre lui de l'obligation alléguée ;" Il s'agissait de l'avis donné à une personne par celui qui s'est chargé de placer les actions d'une société, qu'elle a été portée sur la liste des souscripteurs pour un certain nombre d'actions et que le premier versement a été fait pour elle, ledit avis resté sans réponse, n'engage pas la personne à laquelle il a été donné.
Dans l'affaire jugée en 2014 était en cause l'obligation de cohabitation entre époux. La Cour considère que le fait pour un époux de ne pas contester u…

Evolutions récentes du contentieux administratif.

Deux textes récents sont venus apporter des modifications aux règles du droit du contentieux administratif.
1°) Le décret n° 2016-1480 du 2 novembre 2016dit « JADE » (pour « justice administrative de demain »), portant modification du code de justice administrative, est paru le 4 novembre 2016 au Journal officiel, avec une entrée en vigueur au 1er janvier 2017.
Ses objectifs sont pour l'essentiel au nombre de quatre :
a) Accélérer le traitement de certaines requêtes :
Des ordonnances de séries pourront être prises par les tribunaux sur la base d’un arrêt devenu irrévocable de la cour administrative d’appel dont ils relèvent (alors qu’actuellement, le tribunal ne peut se fonder que sur une de ses propres décisions ou sur un arrêt du Conseil d’État).
Les requêtes d’appel et les pourvois en cassation dirigés contre des décisions rendues en appel « manifestement dépourvues de fondement » pourront être rejetées par ordonnance dans tous les contentieux (et non plus seulement en ma…

Bail à construction sur domaine public : glissement progressif vers une légalité de principe.

Le Conseil d'Etat a eu à examiner la légalité de la convention intitulée « bail à construction » signée par la communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole, devenue depuis métropole, avec le port autonome de Marseille et la légalité de sa cession à un délégataire de service public, alors que le terrain en question appartenait dès l’origine au domaine public.
Classiquement, le « bail à construction » était considéré comme un contrat particulier qui confère au preneur un droit réel immobilier et qui n’a pas été conçu par le législateur pour le domaine public. Il était donc par principe considéré comme illégal s'il portait sur le domaine public (CAA Nantes, 9 mai 2014, n° 12NT03234)
Le Conseil d’État vient de juger, par un arrêt du 11 mai 2016, Communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole N° 390118, qu’il n’était pas impossible par principe d’utiliser un tel montage contractuel sur une parcelle appartenant au domaine public, à la condition toutefois que le contrat …