Accéder au contenu principal

Réutilisation de données publiques à caractère personnel : l'exception culturelle n'est pas le fondement pertinent d'un refus

La loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d'amélioration des relations entre l'administration et le public a, comme on le sait, consacré et encadré le droit d'accès aux documents administratifs, et créé la CADA. Elle a été complétée par l'ordonnance n°2009-483 du 29 avril 2009 qui y a intégré le droit de réutilisation des informations publiques. Cette loi, tout en consacrant la liberté d’accès aux documents administratifs et la réutilisation des informations publiques, comporte certaines exceptions dont ce que l'on dénomme en pratique l’exception culturelle prévue par l'article 11 qui dispose que

"Par dérogation au présent chapitre, les conditions dans lesquelles les informations peuvent être réutilisées sont fixées, le cas échéant, par les administrations mentionnées aux a et b du présent article lorsqu'elles figurent dans des documents produits ou reçus par :

a) Des établissements et institutions d'enseignement et de recherche ;

b) Des établissements, organismes ou services culturels."

La loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés garantit quant à elle les libertés individuelles dans le cadre du traitement des données à caractère personnel.

Le litige qui oppose depuis plusieurs années le département du CANTAL à la société Notrefamille.com se situe en quelque sorte à la jonction de ces deux législations. Il porte sur la réutilisation commerciale des cahiers de recensement de 1831 à 1931 conservés par les Archives Départementales du Cantal (qui sont des services culturels), que ce service refusait à la société, en s’appuyant notamment sur l’exception prévue à l’article 11 de la loi du 17 juillet 1978.


I. Premier principe :  les informations publiques communicables de plein droit détenues par les services culturels relèvent de la liberté de réutilisation consacrée de façon générale par cette loi. Il n'est donc pas possible d'invoquer uniquement l'article 11-b et la nature culturelle du service détenteur pour refuser le droit de réutilisation. La Cour infirme ce faisant la jurisprudence de la CADA qui donnait à cette exception culturelle la portée d'une dérogation à la loi en considérant qu’il appartenait aux services culturel de définir leurs propres règles de réutilisation.

On ne saurait donc que recommander aux autorités qui gèrent des services culturels d'élaborer des règlements ou des licences qui permettront d’encadrer le droit de réutilisation si elles souhaitent éviter que ce droit s'applique de façon brute (pour ne pas dire brutale).

II. Second principe : si les informations concernées comportent des données à caractère personnel, l'autorité compétente, avant d'autoriser la réutilisation, doit s'assurer que celle-ci satisfait aux exigences qu'impose la loi du 6 janvier 1978 comme le prescrit au demeurant l'article 13 de la loi du 17 juillet 1978. Dans cette affaire, les informations litigieuses devaient être transférées et traitées à Madagascar. Or, pour ce faire, et en application de cette loi, la société aurait dû disposer d’une autorisation de la CNIL. En effet, cet État n'appartenant pas à la Communauté européenne le transfert de données personnelles n'y est possible que si cet Etat assure un niveau de protection suffisant de la vie privée et des libertés et droits fondamentaux des personnes ; il peut toutefois être fait exception à cette interdiction, notamment par décision de la CNIL. La société a entre temps obtenu cette autorisation, mais trop tard pour pouvoir l'invoquer utilement dans le contentieux, ce qui lui donne toutefois à présent le droit d'obtenir l'autorisation de réutilisation.

Il s'agit donc là d'un point à vérifier obligatoirement lors de l'instruction de toute demande d'autorisation de réutilisation d'informations publiques à caractère personnel.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Evolutions récentes du contentieux administratif.

Deux textes récents sont venus apporter des modifications aux règles du droit du contentieux administratif.
1°) Le décret n° 2016-1480 du 2 novembre 2016dit « JADE » (pour « justice administrative de demain »), portant modification du code de justice administrative, est paru le 4 novembre 2016 au Journal officiel, avec une entrée en vigueur au 1er janvier 2017.
Ses objectifs sont pour l'essentiel au nombre de quatre :
a) Accélérer le traitement de certaines requêtes :
Des ordonnances de séries pourront être prises par les tribunaux sur la base d’un arrêt devenu irrévocable de la cour administrative d’appel dont ils relèvent (alors qu’actuellement, le tribunal ne peut se fonder que sur une de ses propres décisions ou sur un arrêt du Conseil d’État).
Les requêtes d’appel et les pourvois en cassation dirigés contre des décisions rendues en appel « manifestement dépourvues de fondement » pourront être rejetées par ordonnance dans tous les contentieux (et non plus seulement en ma…

En droit privé, le silence ne vaut, sauf exception, pas acceptation : la Cour de Cassation confirme sa jurisprudence séculaire.

Par un arrêt du 19 novembre 2014, la Cour de Cassation a réaffirmé que :
"le silence opposé à l'affirmation d'un fait ne vaut pas à lui seul reconnaissance de ce fait," L'arrêt de principe en la matière date du 25 mai 1870. La Cour y affirmait ceci :
"Attendu, en droit, que le silence de celui que l'on prétend obligé ne peut suffire, en l'absence de toute autre circonstance, pour faire preuve contre lui de l'obligation alléguée ;" Il s'agissait de l'avis donné à une personne par celui qui s'est chargé de placer les actions d'une société, qu'elle a été portée sur la liste des souscripteurs pour un certain nombre d'actions et que le premier versement a été fait pour elle, ledit avis resté sans réponse, n'engage pas la personne à laquelle il a été donné.
Dans l'affaire jugée en 2014 était en cause l'obligation de cohabitation entre époux. La Cour considère que le fait pour un époux de ne pas contester u…

Bail à construction sur domaine public : glissement progressif vers une légalité de principe.

Le Conseil d'Etat a eu à examiner la légalité de la convention intitulée « bail à construction » signée par la communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole, devenue depuis métropole, avec le port autonome de Marseille et la légalité de sa cession à un délégataire de service public, alors que le terrain en question appartenait dès l’origine au domaine public.
Classiquement, le « bail à construction » était considéré comme un contrat particulier qui confère au preneur un droit réel immobilier et qui n’a pas été conçu par le législateur pour le domaine public. Il était donc par principe considéré comme illégal s'il portait sur le domaine public (CAA Nantes, 9 mai 2014, n° 12NT03234)
Le Conseil d’État vient de juger, par un arrêt du 11 mai 2016, Communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole N° 390118, qu’il n’était pas impossible par principe d’utiliser un tel montage contractuel sur une parcelle appartenant au domaine public, à la condition toutefois que le contrat …