Accéder au contenu principal

Bulletin d'information municipale : la commune ne saurait contrôler le contenu des articles publiés dans l'espace d'expression réservé à l'opposition municipale

Le 7 mai 2012, le Conseil d’État a rendu un arrêt sur une problématique électorale classique et l'on ne s'y arrêterait pas si l'arrêt ne comportait ce considérant :
"Considérant qu'il résulte des dispositions de l'article L. 2121-27-1 du code général des collectivités territoriales que la commune est tenue de réserver dans son bulletin d'information municipale, lorsqu'elle diffuse un tel bulletin, un espace d'expression réservé à l'opposition municipale ; que la commune ne saurait contrôler le contenu des articles publiés dans ce cadre, qui n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs ; que dans ces conditions, si de tels articles sont susceptibles d'être regardés, en fonction de leur contenu et de leur date de parution, comme des éléments de propagande électorale de leurs auteurs, ils ne sauraient être assimilés à des dons émanant de la commune, personne morale, au sens des dispositions de l'article L. 52-8 du code électoral ; "
Bien entendu ce qui surprend dans ce texte, c'est le passage que j'ai souligné. Jusqu'à cet arrêt il était admis que le maire, en sa qualité de directeur de la publication, pouvait exercer un droit de regard sur les textes de cet espace rédactionnel, en  particulier sous l'angle de la diffamation ou de l'injure, mais également des risque de troubles de l'ordre public.

Or, voilà que ce récent arrêt dénie très clairement tout pouvoir de "censure" au maire, ceci sur conclusions conformes de son Rapporteur Public qui a expressément demandé au Conseil d’État de revenir sur la solution antérieure ; la Haute Juridiction avait en effet jugé le contraire le 3 juillet 2009.

Ce renversement de jurisprudence peut bien entendu être jaugé à l'aune de ses conséquence en droit électoral  : les articles de l’espace d'expression de l’opposition ne peuvent être assimilés à des dons de la commune en faveur de candidats à une élection.

Toutefois, la solution a également des conséquences dans d'autres domaines, et l'on pense bien entendu à celui du droit de la presse dans ses aspects pénaux. Il est certes confortable pour le maire de pouvoir se dire qu'il n'a plus à se préoccuper du contenu de l'espace d'expression de l'opposition, mais sans avoir cependant la garantie que la lecture du Conseil d’État sera partagée par le juge pénal dont on connait les libertés qu'il peut prendre, délibérément ou par méconnaissance, vis-à-vis du droit administratif. Et le dilemme sera grand quand la publication d'un texte manifestement diffamatoire ou injurieux sera demandée : le maire pourra-t-il se satisfaire de savoir qu'il ne commet pas d'illégalité en le publiant comme l'y oblige l'arrêt du Conseil d’État, alors qu'il se rend peut-être coupable d'un délit ? Ne serait-on pas enclin dans ce cas à conseiller, selon la sagesse populaire, de choisir le moindre des deux maux, l'illégalité plutôt que le délit ? Une précision du texte qui confirmerait au minimum que le directeur de la publication dispose d'un droit de regard pour éviter les risques de diffamation ou d'injure serait en tous cas rapidement souhaitable.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Evolutions récentes du contentieux administratif.

Deux textes récents sont venus apporter des modifications aux règles du droit du contentieux administratif.
1°) Le décret n° 2016-1480 du 2 novembre 2016dit « JADE » (pour « justice administrative de demain »), portant modification du code de justice administrative, est paru le 4 novembre 2016 au Journal officiel, avec une entrée en vigueur au 1er janvier 2017.
Ses objectifs sont pour l'essentiel au nombre de quatre :
a) Accélérer le traitement de certaines requêtes :
Des ordonnances de séries pourront être prises par les tribunaux sur la base d’un arrêt devenu irrévocable de la cour administrative d’appel dont ils relèvent (alors qu’actuellement, le tribunal ne peut se fonder que sur une de ses propres décisions ou sur un arrêt du Conseil d’État).
Les requêtes d’appel et les pourvois en cassation dirigés contre des décisions rendues en appel « manifestement dépourvues de fondement » pourront être rejetées par ordonnance dans tous les contentieux (et non plus seulement en ma…

Bail à construction sur domaine public : glissement progressif vers une légalité de principe.

Le Conseil d'Etat a eu à examiner la légalité de la convention intitulée « bail à construction » signée par la communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole, devenue depuis métropole, avec le port autonome de Marseille et la légalité de sa cession à un délégataire de service public, alors que le terrain en question appartenait dès l’origine au domaine public.
Classiquement, le « bail à construction » était considéré comme un contrat particulier qui confère au preneur un droit réel immobilier et qui n’a pas été conçu par le législateur pour le domaine public. Il était donc par principe considéré comme illégal s'il portait sur le domaine public (CAA Nantes, 9 mai 2014, n° 12NT03234)
Le Conseil d’État vient de juger, par un arrêt du 11 mai 2016, Communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole N° 390118, qu’il n’était pas impossible par principe d’utiliser un tel montage contractuel sur une parcelle appartenant au domaine public, à la condition toutefois que le contrat …

Clause exorbitante : la Cour de Cassation fait une première application de la nouvelle jurisprudence du tribunal des Conflits.

Il a été fait état sur ce blog de la nouveauté introduite par le Tribunal des Conflits, par une décision du 13 octobre 2014, dans la définition de la clause exorbitante.
Rappelons que jusqu’à présent, la jurisprudence concordante du Conseil d’État (CE 20 octobre 1950, Stein, n° 98459), de la Cour de cassation (Cass. Civ. 1ère, 20 septembre 2006 n° 04-13.480) et du Tribunal des conflits (TC 15 novembre 1999, Commune de Bourisp, n° 3144) entendait par « clause exorbitante du droit commun » une clause relative à des droits et obligations « étrangers par leur nature à ceux qui sont susceptibles d’être consentis par quiconque dans le cadre des lois civiles et commerciales ».
Le Tribunal définit désormais la clause exorbitante comme celle qui implique, dans l’intérêt général, que le contrat relève du régime exorbitant des contrats administratifs. A titre d’illustration, la décision commentée mentionne, par un « notamment », l’hypothèse des clauses reconnaissant à la personne pub…