Accéder au contenu principal

Open data : une nouvelle directive communautaire


Les nouveautés majeures du texte sont les suivantes :

1°)  La directive 2003/98/CE ne contenait aucune obligation en matière d'accès aux documents ni aucune obligation d'autoriser la réutilisation de documents. La décision d'autoriser ou non la réutilisation était laissée à l'appréciation des États membres ou de l'organisme du secteur public concernés. La nouvelle directive tend à imposer aux États membres une obligation claire de rendre tous les documents réutilisables, à moins que des règles nationales relatives à l'accès aux documents ne limitent ou n'excluent cet accès et sous réserve des autres exceptions prévues par la présente directive. L'impact de cette nouveauté sera moindre en France où l'ordonnance du 29 avril 2009 a introduit dans la loi du 17 juillet 1978 un droit à réutilisation (article 10).

2°) La nouvelle directive définit des principes de tarification selon lesquels, lorsque la réutilisation n'est pas gratuite, la redevance doit être limitée aux coûts marginaux de reproduction, de mise à disposition et de diffusion.

3°) Une obligation de motivation des décisions négatives est instituée ainsi qu'une obligation de mention des délais et voies de recours.

3°)  L'intégration de certains établissements culturels (bibliothèques, musées et archives) dans le champ d'application de la directive ne correspond pas à la fin de "l'exception culturelle" comme cela a pu être annoncé, car de nombreuses institutions culturelles continuent d'échapper au droit à la réutilisation et, pour celles qui y sont soumises, les exceptions au régime général sont importantes. Par exemple, les établissements culturels peuvent continuer à fixer des redevances de réutilisation supérieures “aux coûts marginaux de reproduction, de mise à disposition et de diffusion” que la proposition de révision fixe comme limite aux autres administrations. Les établissements culturels ne sont pas soumis à l'obligation de motiver les décisions de refus. Si les 3 types d'établissements culturels soumis à la directive sont eux-mêmes titulaires de droit de propriété intellectuels en provenance de tiers qui en étaient les titulaires initiaux, les données concernées échappent au droit à réutilisation. Enfin, si la directive tend à interdire les contrats d'exclusivité, en matière culturelle ils resteront possible pour des durées toutefois limitées. La directive est donc, selon certains observateurs, en retrait par rapport au droit français, la jurisprudence administrative ayant amorcé en la matière une tendance à l'assimilation des services culturels aux autres services.

4°) La directive se préoccupe également du format des données qui doit être ouvert et lisible par machine, en les accompagnant de leurs métadonnées. Le format des données et les métadonnées répondent, autant que possible, à des normes formelles ouvertes. Un regret : la directive aurait pu imposer les formats libres et non propriétaires, meilleurs garants d'une pérennité des données.

5°) Le délai de transposition sera de 24 mois après la date d'entrée en vigueur de la directive, qui dépend de sa publication au JOUE, non encore intervenue. La transposition devrait donc intervenir vers la mi 2015.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

En droit privé, le silence ne vaut, sauf exception, pas acceptation : la Cour de Cassation confirme sa jurisprudence séculaire.

Par un arrêt du 19 novembre 2014, la Cour de Cassation a réaffirmé que :
"le silence opposé à l'affirmation d'un fait ne vaut pas à lui seul reconnaissance de ce fait," L'arrêt de principe en la matière date du 25 mai 1870. La Cour y affirmait ceci :
"Attendu, en droit, que le silence de celui que l'on prétend obligé ne peut suffire, en l'absence de toute autre circonstance, pour faire preuve contre lui de l'obligation alléguée ;" Il s'agissait de l'avis donné à une personne par celui qui s'est chargé de placer les actions d'une société, qu'elle a été portée sur la liste des souscripteurs pour un certain nombre d'actions et que le premier versement a été fait pour elle, ledit avis resté sans réponse, n'engage pas la personne à laquelle il a été donné.
Dans l'affaire jugée en 2014 était en cause l'obligation de cohabitation entre époux. La Cour considère que le fait pour un époux de ne pas contester u…

L'entrée en vigueur du CG3P n'anihile pas rétroactivement les cas de domanialité publique virtuelle

Avant l'entrée en vigueur, le 1er juillet 2006 du Code général de la propriété des personnes publiques, l'appartenance d'un bien au domaine public était, sauf si ce bien était directement affecté à l'usage du public, subordonnée à la double condition que le bien ait été affecté au service public et spécialement aménagé en vue du service public auquel il était destiné. Le fait de prévoir de façon certaine un tel aménagement du bien concerné impliquait que celui-ci était soumis, dès ce moment, aux principes de la domanialité publique : c'est ce qu'il était convenu de dénommer la domanialité publique virtuelle ou par anticipation dégagée par la doctrine, à la lecture de la jurisprudence du Conseil d'État (CE, 6 mai 1985, association Eurolat), et consacrée par deux avis des formations administratives du Conseil d'État en date du 31 janvier 1995.
L'article L. 2111-1 du code général de la propriété des personnes publiques (CG3P) exige, pour qu&…

Le Conseil d'Etat rappelle que dans "délégation de service public" il y a "service public"

Dans un arrêt intéressant du 23 mai 2011, le Conseil d’État donne l'occasion de rappeler, comme il le fait occasionnellement, que la qualification de la délégation de service public (DSP) comporte plusieurs critères, et qu'à force de s’appesantir sur le critère économique de la rémunération, on en vient à oublier la caractéristique première de la DSP qui est l'existence même d'un service public.
Dans l'affaire jugée, la COMMUNE DE SIX-FOURS-LES-PLAGES avait pris en charge pendant 10 ans l'organisation d'un festival de musique. Puis le conseil municipal a approuvé la passation d'une convention d'une durée de trois ans avec une société pour lui confier la poursuite de l'organisation de ce festival et a accordé à la société une subvention annuelle de 495 000 euros. Le tribunal administratif de Toulon a annulé cette délibération au motif que la commune n'avait pu déléguer un service public sans procéder aux formalités de publicité et mise …