Accéder au contenu principal

Responsabilité pénale des personnes morales de droit public : le jugement dans le drame de Pourtalès.

En date du 27 mars 2007, le tribunal correctionnel de Strasbourg a rendu un jugement de condamnation de la ville de Strasbourg en tant que personne morale. La collectivité locale a été jugée coupable d'homicides et de blessures involontaires pour les faits qui se sont produits lors de la soirée du 6 juillet 2001 au Parc de Pourtalès. Alors que se déroulait un concert dans ce parc public, un phénomène météorologique a causé la chute d'un platane sur les spectateurs occasionnant plusieurs décès et de très nombreuses blessures très graves.


La ville de Strasbourg vient d'annoncer qu'elle n'interjetterait pas appel de ce jugement par respect pour la douleur des victimes. Cette décision est éminemment respectable ; elle l'est d'autant plus que ce jugement prête le flanc à la critique juridique pour plusieurs raisons, et que sa réformation à hauteur d'appel n'était pas à exclure d'emblée. Ce jugement - consultable sur le site des dernières Nouvelles d'Alsace - étant à présent définitif, son commentaire devient possible dans l'intérêt de la science juridique.


Plusieurs considérants de la décision sont extrêmement surprenants et ne s'expliquent finalement que par le souci de justifier nécessairement la condamnation de la personne morale de droit public, déjà fortement impliquée par ailleurs, par son assureur interposé, dans un processus d'indemnisation des victimes pour le compte de qui il appartiendra.


Rappelons que l'article 121-2 al. 2 du Code pénal dispose que « les collectivités territoriales et leurs groupements ne sont responsables pénalement que des infractions commises dans l'exercice d'activités susceptibles de faire l'objet de conventions de délégation de service public. »


1. Sur la notion de service public délégable le tribunal situe les fautes qui fondent la condamnation dans le cadre du service public culturel. Si l'on peut suivre le tribunal quand il apprécie in abstracto la délégabilité du service public culturel, on ne peut que très difficilement le faire sur le point de savoir si l'Eté culturel - activité concrètement ici en cause - était ou non un service public : l'analyse du tribunal confond très largement les notions d'activité d'intérêt général et de service public. Les éléments retenus par le tribunal sont suffisants pour caractériser la première, mais pas le service public : le tribunal n'indique à aucun moment avoir détecté une véritable volonté de la ville, qui prend normalement la forme d'une délibération, d'ériger cette activité en service public.


2. Sur la notion d'organe et de représentant, la motivation du jugement paraît extrêmement innovante et dangereuse puisque le tribunal admet qu'au-delà des règles strictes du droit administratif, n'importe quel agent peut être titulaire d'une délégation de pouvoirs implicite - qui résulte de la seule observation des pratiques en vigueur - susceptible de le faire considérer comme un représentant de la collectivité sur le plan du droit pénal.


La justification de cette lecture serait que l'article 121-2 ne fait aucune distinction entre les personnes morales de droit privé et de droit public ce qui traduit une logique particulière au plan juridique : l'absence de précision signifierait plutôt que le Code pénal n'a pas entendu déroger aux règles de droit commun qui régissent chaque type de personne morale.


A noter aussi qu'en l'espèce le tribunal fait flèche de tous bois puisque l'inventaire des « pouvoirs » des agents concernés (page 61 in fine, 62 et 63 in limine) recense principalement des actes préparatoires mais très peu d'actes véritablement décisoires seuls susceptibles de caractériser l'existence d'un pouvoir.


Enfin, la position du tribunal, qui exclut toute vérification de la légitimité des interventions des agents, ferait finalement produire des effets pénaux pour la personne morale même lorsque ses agents excèdent leurs compétences.


3. Sur les fautes imputables à la commune il est très surprenant de lire que sont générateurs de responsabilité pénale « ...tous les faits qui ont été l'occasion du dommage, même s'ils n'ont pas joué un rôle d'impulsion dans le processus qui l'a produit : erreur d'organisation, défauts de surveillance, défaillances de contrôles. »


Cet élément de définition fait partie de la théorie dite de l'équivalence des conditions qui est une porte ouverte à une extension indéfinie des causes. Il ne semble pas que la jurisprudence ait jamais consacré une théorie aussi large du lien de causalité.


Bien évidemment l'adoption de cette théorie justifie l'énumération de tous les dysfonctionnement, réels ou qualifiés de tels, qui ont été relevés tout au long de l'instruction et du procès, même si le lien de causalité avec l'accident est très ténu, voire inexistant. Cet inventaire se termine par une conclusions en forme de postulat, non véritablement démontré, que tous les faits recensés, ont créé ou contribué à créer la situation qui a permis la réalisation du dommage.


Force est de constater que par cette pirouette juridique discutable, le tribunal s'est dispensé de qualifier le lien de causalité.


On ne peut donc s'empêcher de retirer de la lecture de ce jugement le sentiment qu'il applique les textes pénaux en les interprétant de façon très extensive, au mépris de la règle d'interprétation stricte du droit pénal, et en procédant à des globalisations abusives en particulier sur la question du lien de causalité. Ce jugement risque à présent de faire figure de précédent, et il pourrait amener d'autres collectivités à revoir leurs pratiques en matière de spectacles, de plein air ou autres, sans compter les incidences en matière d'assurances : l'extension corrélative de « responsabilité civile » qu'il induit amènera certainement les assureurs RC des collectivités à revoir leur tarification ou à mettre en place de sévères limites de garanties en la matière voire des exclusions. Il faut également noter que la solution révolutionnaire de la « délégation de pouvoirs implicite » des agents publics porte en germe de nombreux dangers, pour les collectivités et pour leurs agents.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Evolutions récentes du contentieux administratif.

Deux textes récents sont venus apporter des modifications aux règles du droit du contentieux administratif.
1°) Le décret n° 2016-1480 du 2 novembre 2016dit « JADE » (pour « justice administrative de demain »), portant modification du code de justice administrative, est paru le 4 novembre 2016 au Journal officiel, avec une entrée en vigueur au 1er janvier 2017.
Ses objectifs sont pour l'essentiel au nombre de quatre :
a) Accélérer le traitement de certaines requêtes :
Des ordonnances de séries pourront être prises par les tribunaux sur la base d’un arrêt devenu irrévocable de la cour administrative d’appel dont ils relèvent (alors qu’actuellement, le tribunal ne peut se fonder que sur une de ses propres décisions ou sur un arrêt du Conseil d’État).
Les requêtes d’appel et les pourvois en cassation dirigés contre des décisions rendues en appel « manifestement dépourvues de fondement » pourront être rejetées par ordonnance dans tous les contentieux (et non plus seulement en ma…

En droit privé, le silence ne vaut, sauf exception, pas acceptation : la Cour de Cassation confirme sa jurisprudence séculaire.

Par un arrêt du 19 novembre 2014, la Cour de Cassation a réaffirmé que :
"le silence opposé à l'affirmation d'un fait ne vaut pas à lui seul reconnaissance de ce fait," L'arrêt de principe en la matière date du 25 mai 1870. La Cour y affirmait ceci :
"Attendu, en droit, que le silence de celui que l'on prétend obligé ne peut suffire, en l'absence de toute autre circonstance, pour faire preuve contre lui de l'obligation alléguée ;" Il s'agissait de l'avis donné à une personne par celui qui s'est chargé de placer les actions d'une société, qu'elle a été portée sur la liste des souscripteurs pour un certain nombre d'actions et que le premier versement a été fait pour elle, ledit avis resté sans réponse, n'engage pas la personne à laquelle il a été donné.
Dans l'affaire jugée en 2014 était en cause l'obligation de cohabitation entre époux. La Cour considère que le fait pour un époux de ne pas contester u…

Bail à construction sur domaine public : glissement progressif vers une légalité de principe.

Le Conseil d'Etat a eu à examiner la légalité de la convention intitulée « bail à construction » signée par la communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole, devenue depuis métropole, avec le port autonome de Marseille et la légalité de sa cession à un délégataire de service public, alors que le terrain en question appartenait dès l’origine au domaine public.
Classiquement, le « bail à construction » était considéré comme un contrat particulier qui confère au preneur un droit réel immobilier et qui n’a pas été conçu par le législateur pour le domaine public. Il était donc par principe considéré comme illégal s'il portait sur le domaine public (CAA Nantes, 9 mai 2014, n° 12NT03234)
Le Conseil d’État vient de juger, par un arrêt du 11 mai 2016, Communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole N° 390118, qu’il n’était pas impossible par principe d’utiliser un tel montage contractuel sur une parcelle appartenant au domaine public, à la condition toutefois que le contrat …