Accéder au contenu principal

Le projet de réforme des "conseillers territoriaux" est-il inconstitutionnel ?

Le projet de loi relatif à l'élection des conseillers territoriaux et au renforcement de la démocratie locale a été déposé au Sénat le 21 octobre 2009. Un dossier législatif est disponible ici.

Dans une intéressante étude parue à l'AJDA du 29 décembre 2009 à la page 2380, le Professeur Géraldine CHAVRIER récapitule et synthétise les arguments qui pourraient conduire au constat de l'inconstitutionnalité du projet de réforme tel qu'il est actuellement envisagé.

Selon l'auteur, ce projet serait principalement en contrariété avec le principe de libre administration tel qu'il doit être compris dans le contexte actuel de la République décentralisée. Elle rappelle que le Gouvernement se fonde sur la jurisprudence constitutionnelle relative à la Nouvelle Calédonie (Décision n° 85-196 du 8 août 1985) selon laquelle "en prévoyant que le territoire dispose d'un conseil élu [la loi] a pu charger ses membres d'une double fonction territoriale et régionale, sans enfreindre aucune règle constitutionnelle".

L'auteur note que le Conseil n'a pas exigé que chaque collectivité soit nécessairement dotée d'un conseil "propre" position que les auteurs du projet de loi entendent également faire admettre s'agissant de l'extension d'une telle organisation aux régions et départements. Mais la question se pose de savoir si ce raisonnement reste valable dans le contexte créé par la modification de l'article 72 de la Constitution par la loi constitutionnelle du 17 mars 2003.

Depuis cette réforme, la liste des collectivités territoriale dont l'existence est constitutionnellement protégée a été complétée par l'ajout de la région ; cette liste peut être amendée par le législateur qui ne dispose cependant que d'une seule alternative : créer un nouveau type de collectivité ou fusionner un ou plusieurs types de collectivités existants. Or, selon l'auteur, la solution envisagée, qu'elle qualifie de simple "rapprochement organique", mettrait en place une "quasi-fusion" traduisant un véritable "abus de constitution" car non conforme à la constitution qui exigerait que l'on aille jusqu'à la fusion.

S'ajoute à cela que depuis 2003 l'interdiction de la tutelle d'une collectivité sur une autre a été constitutionnellement consacrée. Or, toujours selon l'auteur, dans un système où deux collectivités distinctes seraient administrées par des élus faisant partie du même conseil territorial, procédant d'une élection organisée dans un cadre départemental, il est plus que probable que les délibérations du conseil régional seront "orientées" de façon à servir au mieux les intérêts départementaux défendus par les élus. Cette situation, dans laquelle le conseil régional ne sera que l'addition des conseils généraux, ferait donc peu de cas de l'intérêt régional qui exigerait, en particulier en matière d'aménagement du territoire et de développement économique, que l'action des collectivités soit impulsée par la région. Il est donc possible d'identifier une organisation favorisant une forme de tutelle des départements sur les régions.

D'autres difficultés, en relation avec les principes du droit électoral, sont relevées en seconde partie de l'article. Cette étude peut être lue ici.

On suivra donc avec un grand intérêt la discussion parlementaire et la décision du Conseil Constitutionnel dont la saisine est probable puisque les parlementaires d'opposition ont déjà développé ces critiques à l'encontre du texte (voyez par exemple ici).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

En droit privé, le silence ne vaut, sauf exception, pas acceptation : la Cour de Cassation confirme sa jurisprudence séculaire.

Par un arrêt du 19 novembre 2014, la Cour de Cassation a réaffirmé que :
"le silence opposé à l'affirmation d'un fait ne vaut pas à lui seul reconnaissance de ce fait," L'arrêt de principe en la matière date du 25 mai 1870. La Cour y affirmait ceci :
"Attendu, en droit, que le silence de celui que l'on prétend obligé ne peut suffire, en l'absence de toute autre circonstance, pour faire preuve contre lui de l'obligation alléguée ;" Il s'agissait de l'avis donné à une personne par celui qui s'est chargé de placer les actions d'une société, qu'elle a été portée sur la liste des souscripteurs pour un certain nombre d'actions et que le premier versement a été fait pour elle, ledit avis resté sans réponse, n'engage pas la personne à laquelle il a été donné.
Dans l'affaire jugée en 2014 était en cause l'obligation de cohabitation entre époux. La Cour considère que le fait pour un époux de ne pas contester u…

L'entrée en vigueur du CG3P n'anihile pas rétroactivement les cas de domanialité publique virtuelle

Avant l'entrée en vigueur, le 1er juillet 2006 du Code général de la propriété des personnes publiques, l'appartenance d'un bien au domaine public était, sauf si ce bien était directement affecté à l'usage du public, subordonnée à la double condition que le bien ait été affecté au service public et spécialement aménagé en vue du service public auquel il était destiné. Le fait de prévoir de façon certaine un tel aménagement du bien concerné impliquait que celui-ci était soumis, dès ce moment, aux principes de la domanialité publique : c'est ce qu'il était convenu de dénommer la domanialité publique virtuelle ou par anticipation dégagée par la doctrine, à la lecture de la jurisprudence du Conseil d'État (CE, 6 mai 1985, association Eurolat), et consacrée par deux avis des formations administratives du Conseil d'État en date du 31 janvier 1995.
L'article L. 2111-1 du code général de la propriété des personnes publiques (CG3P) exige, pour qu&…

Le Conseil d'Etat rappelle que dans "délégation de service public" il y a "service public"

Dans un arrêt intéressant du 23 mai 2011, le Conseil d’État donne l'occasion de rappeler, comme il le fait occasionnellement, que la qualification de la délégation de service public (DSP) comporte plusieurs critères, et qu'à force de s’appesantir sur le critère économique de la rémunération, on en vient à oublier la caractéristique première de la DSP qui est l'existence même d'un service public.
Dans l'affaire jugée, la COMMUNE DE SIX-FOURS-LES-PLAGES avait pris en charge pendant 10 ans l'organisation d'un festival de musique. Puis le conseil municipal a approuvé la passation d'une convention d'une durée de trois ans avec une société pour lui confier la poursuite de l'organisation de ce festival et a accordé à la société une subvention annuelle de 495 000 euros. Le tribunal administratif de Toulon a annulé cette délibération au motif que la commune n'avait pu déléguer un service public sans procéder aux formalités de publicité et mise …