Accéder au contenu principal

Demanderjustice.com, le site qui sème le trouble chez les professionnels du droit.

Le fonctionnement pratique de la justice apparaît souvent comme un spectacle dont les acteurs ne sont toutefois pas des intermittents, mais des habitués au statut monopolistique juridiquement protégé par la loi. Peu de chances de s'introduire sur cette scène sans faire partie de la troupe, à telle enseigne que rares sont les personnes qui osent affronter la justice sans recourir aux services d'un professionnel du droit, même quand une telle assistance n'est pas obligatoire.

Pourtant, un site Internet récemment créé sème un peu le trouble dans cette machinerie bien huilée. Celui-ci propose, pour des tarifs "d'appel" relativement modestes, d'aider les justiciables à régler des litiges à l’amiable - par l'envoi d'une lettre de mise en demeure - ou en justice, par voie dématérialisée. Uniquement quand l'assistance d'un avocat n'est pas nécessaire bien entendu. Selon la Gazette du Palais (Ed. professionnelle n° 174 à 176 p. 4) déjà 40.000 dossiers seraient déjà passés par ce site, ce qui signifie clairement que ce site répond à un vrai besoin, notamment dans le domaine des litiges de consommation.

Les avocats des défendeurs, en particulier celui de la société Free Mobile, ont ainsi été confronté à plusieurs procédures initiées contre leurs clients par l'intermédiaire de ce site. Ils ont régulièrement soulevé certaines exceptions ou fins de non recevoir tirées de l'invalidité des actes introductifs d'instance.

La justice semble pour l'instant partagée sur le sujet. Seulement deux décisions ont été relayées sur Internet. Il y a d'abord eu une décision de rejet, par jugement de la Juridiction de Proximité de Nogent-Sur-marne du 12 Novembre 2012 , décision motivée par l'absence de la signature du requérant sur la déclaration au greffe. Mais une décision plus récente, de la Juridiction de Proximité d'Antibes, du 7 mars 2013, a rejeté l’exception de nullité de fond soulevée par la société Free Mobile pour défaut de capacité de la société « demanderjustice.com » à assurer la représentation en justice du demandeur ; le tribunal a relevé de façon fort intéressante que :

"s’il résulte des débats que la société « demanderjustice.com » a mis en état la déclaration au greffe par l’intermédiaire de son site internet et l’a adressée par la voie postale au greffe de la juridiction, il apparaît également que Monsieur Jacques B. l’a rédigée directement en ligne moyennant le paiement d’un prix au titre du service proposé et rendu et qu’une signature électronique y a été apposée."

et que

"la saisine de la juridiction de proximité par la déclaration au greffe du 10 septembre 2012 n’a émané que de Monsieur Jacques B., la société « demanderjustice.com » n’ayant été qu’un intermédiaire dans la constitution du dossier et non un mandataire à l’instance en raison du fait qu’en sa qualité de prestataire de service, elle met à la disposition de son client un outil technique permettant la saisine d’une juridiction et dont les informations sont renseignées par l’utilisateur lui-même."
On peut bien entendu imaginer que le combat va se poursuivre, d'autres points de discussion existant. C'est ainsi, selon la Gazette du Palais, que certaines demandes sont retournées par les greffes qui semblent méconnaître la valeur juridique de la signature électronique ; on peut également s'interroger sur le point de savoir si l'intervention du site en question peut dans certains cas franchir les limites de la prestation purement technique pour s'aventurer sur le terrain du conseil juridique, ce qui serait bien entendu illégal. Il n'est pas non plus à exclure que des formes de lobbying soient en cours faire encadrer (interdire) ce type de prestation.

A relever également que le champ de la justice administrative  ne semble pas encore avoir été abordé par les utilisateurs de ce site ; si cela se produit, il sera intéressant d'observer quelle sera la position du juge administratif sur une saisine par ce procédé.

A suivre...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

En droit privé, le silence ne vaut, sauf exception, pas acceptation : la Cour de Cassation confirme sa jurisprudence séculaire.

Par un arrêt du 19 novembre 2014, la Cour de Cassation a réaffirmé que :
"le silence opposé à l'affirmation d'un fait ne vaut pas à lui seul reconnaissance de ce fait," L'arrêt de principe en la matière date du 25 mai 1870. La Cour y affirmait ceci :
"Attendu, en droit, que le silence de celui que l'on prétend obligé ne peut suffire, en l'absence de toute autre circonstance, pour faire preuve contre lui de l'obligation alléguée ;" Il s'agissait de l'avis donné à une personne par celui qui s'est chargé de placer les actions d'une société, qu'elle a été portée sur la liste des souscripteurs pour un certain nombre d'actions et que le premier versement a été fait pour elle, ledit avis resté sans réponse, n'engage pas la personne à laquelle il a été donné.
Dans l'affaire jugée en 2014 était en cause l'obligation de cohabitation entre époux. La Cour considère que le fait pour un époux de ne pas contester u…

L'entrée en vigueur du CG3P n'anihile pas rétroactivement les cas de domanialité publique virtuelle

Avant l'entrée en vigueur, le 1er juillet 2006 du Code général de la propriété des personnes publiques, l'appartenance d'un bien au domaine public était, sauf si ce bien était directement affecté à l'usage du public, subordonnée à la double condition que le bien ait été affecté au service public et spécialement aménagé en vue du service public auquel il était destiné. Le fait de prévoir de façon certaine un tel aménagement du bien concerné impliquait que celui-ci était soumis, dès ce moment, aux principes de la domanialité publique : c'est ce qu'il était convenu de dénommer la domanialité publique virtuelle ou par anticipation dégagée par la doctrine, à la lecture de la jurisprudence du Conseil d'État (CE, 6 mai 1985, association Eurolat), et consacrée par deux avis des formations administratives du Conseil d'État en date du 31 janvier 1995.
L'article L. 2111-1 du code général de la propriété des personnes publiques (CG3P) exige, pour qu&…

Le Conseil d'Etat rappelle que dans "délégation de service public" il y a "service public"

Dans un arrêt intéressant du 23 mai 2011, le Conseil d’État donne l'occasion de rappeler, comme il le fait occasionnellement, que la qualification de la délégation de service public (DSP) comporte plusieurs critères, et qu'à force de s’appesantir sur le critère économique de la rémunération, on en vient à oublier la caractéristique première de la DSP qui est l'existence même d'un service public.
Dans l'affaire jugée, la COMMUNE DE SIX-FOURS-LES-PLAGES avait pris en charge pendant 10 ans l'organisation d'un festival de musique. Puis le conseil municipal a approuvé la passation d'une convention d'une durée de trois ans avec une société pour lui confier la poursuite de l'organisation de ce festival et a accordé à la société une subvention annuelle de 495 000 euros. Le tribunal administratif de Toulon a annulé cette délibération au motif que la commune n'avait pu déléguer un service public sans procéder aux formalités de publicité et mise …